Les petits moments

Sa lèvre du haut se plonge dans la mousse
De son chocolat chaud
Un frisson la parcourt
Derrière la vitre tambourinent les gouttes d’eau
Serrés dans leur douce tiédeur,
Les croissants au beurre
A travers le sac en papier répandent leur odeur
Sans pudeur…
 
Elle ne vit que pour tous ces petits moments qui pétillent
Parenthèses, bulles de plaisir insouciant
Un clin d’œil de soleil attrapé au détour d’une rue
Finir au doigt du chocolat fondu
 
Une mèche de cheveux encore goutte goutte
Sur son cache-cœur un peu grand
Elle a eu beau courir
La boulangerie n’est pas si près, finalement…
Roulé dans la douce tiédeur
Du duvet à fleurs
Un corps encore tout endormi savoure sa langueur
Heureux rêveur…
 
Elle ne vit que pour tous ces petits moments qui pétillent
Parenthèses, bulles de plaisir insouciant
Couchée dans l’herbe à compter les jolis moutons-tortues
Finir au doigt du chocolat fondu
 
Pas âme qui vive dans la rue qui se noie
Pas même l’homme au chihuahua
Sans culpabilité
Chacun semble resté chez soi, pelotonné
Elle jette un coup d’œil attendri
A la bosse dans le lit
Seuls quelques cheveux ébouriffés pointent le bout de leur nez
Sur l’oreiller…
 
Alors elle s’étire, dépose son chocolat
Et d’un pas feutré retourne se glisser sous les draps…
 
Elle ne vit que pour tous ces petits moments qui pétillent
Parenthèses, bulles de plaisir insouciant
Un dimanche de pluie s’offrir une douce matinée joufflue
Finir au doigt du chocolat fondu
 
A quoi bon se presser, le petit dej’ attendra
Et tant pis si les croissants sont froids…

 

 

                                                                      © S. Palazzo - 2005

Ecouter la chanson

© 2013 by Stéphanie Palazzo

  • Facebook Social Icon